L'histoire

Gonçalves Dias


Le poète Antonio Gonçalves Dias, qui se targuait d'avoir dans son sang les trois races du peuple brésilien (blanc, indigène et noir), est né à Maranhão le 10 août 1823. En 1840, il se rend au Portugal pour étudier le droit à la faculté de Coimbra. Là, il a contacté les principaux écrivains de la première phase du romantisme portugais.

En 1843, inspiré par le mal du pays, il écrit «Song of Exile».

L'année suivante, il obtient un baccalauréat en droit. De retour au Brésil, il entame une phase de production littéraire intense. En 1849, avec Araújo Porto Alegre et Joaquim Manuel de Macedo, il fonde le magazine "Guanabara".

Afin de changer sa vie, elle s'embarque à nouveau en Europe, où elle passe une saison. Avec une mauvaise santé, il décide de retourner au Brésil, même plus tard. En voyage, cependant, il mourut lors du naufrage du navire Ville de Boulogne en 1864, près de Maranhão.

Si d'une part elle est due à Gonçalves de Magalhães l'introduction du romantisme au Brésil, d'autre part, elle est due à Gonçalves Dias sa consolidation. En effet, le poète a magistralement travaillé toutes les caractéristiques initiales de la première phase du romantisme brésilien. De son œuvre, généralement divisée en lyrique, médiéval et nationaliste, se détachent "I-juca Pirama", "Os Tibiramas" et "Song of Tamoio".